• Hugues Martinat

Chat et COVID-19 : le point sur le chat et le Coronavirus.



Depuis quelques jours la situation s’est accélérée, les inquiétudes et questions fusent sur le coronavirus, plus précisément le COVID-19, mais quels sont ses modes de transmission et les précautions que l’on doit prendre avec nos animaux. face à ce virus ?

Je vous propose donc de faire le point sur le sujet, même si je vous rappelle que le seul professionnel compétent pour répondre à vos questions sur le sujet est le vétérinaire, le comportementaliste n'ayant aucune compétence médicale (ce n'est pas mon domaine ni ma compétence).

Je reçois cependant toutes les heures de nombreuses questions et demandes à ce sujet et même si je réoriente systématiquement vers les vétérinaires, il m'apparaît important et de notre responsabilité (professionnels des animaux) de faciliter l’accès à l’information la plus juste, c'est pourquoi, j'ai choisi de synthétiser ce que l'on sait du virus dans cet article.

À l’heure où le confinement paraît être la seule solution viable pour éradiquer cette épidémie et retourner une vie normale, qu’en est-il de nos animaux : les chats peuvent-ils attraper le COVID-19 ou le transmettre ? Y a-t-il des précautions à prendre ?

Le coronavirus existe-t-il chez le chat et est-ce bien le même coronavirus que le COVID-19 ?


De quel coronavirus parle-t-on ?

Le sujet de cet article et l’actualité du moment concerne le SARS-CoV-2 qui provoque l’épidémie de COVID-19 ou coronavirus, sévissant actuellement sur notre petite planète. Mais ce nom de coronavirus n'est pas nouveau... En effet il existe plusieurs coronavirus qui s’attaquent principalement aux voies respiratoires, les plus bénins provoquent un rhume, d’autres ont des conséquences beaucoup plus graves. j'aborde rapidement plus bas les formes les plus courantes de coronavirus chez le chat, mais je vous rassure d’emblée, il ne s’agit pas du COVID-19.


Pas de transmission du COVID-19 du Chat à l'Homme.

Même si nous avons pu lire il y a quelques jours que le virus avait été retrouvé dans les narines d’un chien à Hong Kong (dont la maîtresse était porteuse du virus), la transmission entre l’Homme et le chat (ou le chien) n’est absolument pas prouvée. La présence du virus chez ce chien n’indique pas forcément qu’il y a eu transmission, dans ce cas on parle plutôt de transmission passive (le chien renifle des gouttelettes après que l’humain ait éternué par exemple). Une possible contamination passive ne veut pas dire pour autant que le virus se réplique et infecte l’animal, en l’occurrence pas d’infection et de réplication du virus chez ce chien.

L’ANSES*, mercredi dernier a déjà annoncé qu’ "à la lumière des connaissances scientifiques disponibles, il n'existe aucune preuve que les animaux de compagnie et d'élevage jouent un rôle dans la propagation du virus SARS-CoV-2". Plus précisément et sur le cas du chien à Hong Kong, L’ANSES* a déclarée que "la détection du génome n’est pas une preuve suffisante pour conclure à une infection de l’animal" et qu’ "une contamination passive n’est pas à exclure, notamment du fait de la survie possible du virus sur une muqueuse humide sans nécessairement s’y répliquer".

L’OMS** quant à elle, déclare que "malgré la présomption d’une introduction initiale du 2019-nCoV chez l’homme à partir d’un animal, la voie de transmission prédominante ultérieure semble être interhumaine ».


Les vétérinaires interrogés dans les médias s’accordent sur deux choses: s’il est possible de contaminer son animal (car vous êtes vous-mêmes contaminés et que votre chat vous a léché juste après un éternuement par exemple), jusqu’à présent le virus ne se développe et ne réplique pas chez l’animal. Deuxième chose, si votre animal a été en contact avec le COVID-19, il n’y a aucune contamination recensée à ce jour vers l'humain.


Que faire pour limiter le risques de contamination.

En attendant un vaccin pour les humains (mais on n’y compte pas avant un an ou deux), voici comment limiter les risques, pour vous, vos animaux et les humains autour de vous, puisqu'il est toujours bon de rappeler certaines règles :

  • Si vous êtes porteur involontaire du virus, prendre immédiatement contact avec son vétérinaire qui vous expliquera la marche à suivre (je suppose que vous aurez aussi pris contact avec les services compétents pour vous-même bien sûr!).

  • Vous pouvez laver votre animal avec un shampoing antiseptique que vous conseillera votre vétérinaire si besoin uniquement.

  • Ne pas laisser sortir votre chat si possible.

  • Rester confiné chez soi.

  • Se laver régulièrement les mains.

  • Ne pas serrer la main ou embrasser les humains que vous croisez même dans votre immeuble/résidence/quartier.

  • Si vous êtes infecté, le port du masque et de gants à usage uniques doit devenir un réflexe.


Le Coronavirus félin.

Maintenant que vous êtes rassurés, approfondissons un peu le sujet et parlons des formes du coronavirus présentes chez le chat. Il existe en effet un coronavirus félin, mais ce n’est absolument pas le COVID-19, et sa transmission se fait d’animal à animal. Il existe principalement deux virus de la même famille que le coronavirus actuel, il s’agit du FeCV ou FIPV dont la transmission se fait par les selles (chats qui partagent la même litière).

Sachez que ce coronavirus est bien connu et identifié par les vétérinaires, et ce bien avant l’arrivée du COVID-19 en France. Ce virus touche régulièrement les refuges où la surpopulation aggrave la contamination.

Les symptômes du coronavirus félin sont les suivants : amaigrissement, déshydratation, des vomissements, de la diarrhée, inutile de vous dire qu'il faut consulter très vite. On parle de forme digestive (FeCV), car les cellules épithéliales digestives du chat sont infectées. Sa forme mutante est le FIPV, qui va se développer en péritonite infectieuse la PIF.

Si vous êtes familier du chat vous avez certainement déjà entendu parlé de ces formes de coronavirus, il ne s’agit en rien du COVID-19 et votre vétérinaire saura vous répondre et prendre en charge rapidement votre chat si celui-ci présente l’une des formes décrites. Je n’irai pas plus loin sur le sujet puisqu’il s’agit d’un sujet médical et je ne suis pas vétérinaire, si vous souhaitez en savoir plus, merci de vous adresser à votre vétérinaire.


Les vétérinaires restent ouverts pendant l’épidémie de Coronavirus.

L’Orde des vétérinaires en coordination avec la DDPP*** a publié un communiqué à l’attention de tous les vétérinaires pour définir, pendant ce confinement, quels sont les actes qui doivent être différés et ceux qui ne le peuvent pas. Sachez que l’achat de croquettes fait partie des actes que le vétérinaire peut et doit effectuer pendant cette période de confinement, donc pas de rupture, pas de panique…

Pour votre information, sachez également que beaucoup de vétérinaires ne traitent que les urgences ou ne reçoivent que sur rendez-vous, il est donc préférable pour vous comme pour eux, de les appeler avant de vous déplacer, sauf urgence vitale pour votre animal on s’entend. On vous demandera également, outre la distance d’un mètre à respecter entre chaque personne, de venir seul avec votre animal (et non avec toute la famille).


Pour en savoir plus, veuillez vous reporter à la communication faire par l’Ordre des vétérinaires dans le lien suivant : https://www.veterinaire.fr/actualites/communique-n1-covid-19-15-mars-2020-mesures-relatives-a-la-lutte-contre-la-propagation-du-virus-sars-cov-2.html?fbclid=IwAR3oQN9I83VO8lcjub-nVgHwWlrnWRc9G1NMS6_KRxucwbehBvQM8CLlu1k


Pas de panique face à l'épidémie !

Pour terminer, arrêtons de paniquer! La panique n’a jamais guéri aucune maladie, alors inutile d’appeler les vétérinaires pour leur demander l’euthanasie de votre animal (eh oui, vous lisez bien, les refuges, SPA et vétérinaires ont vu le nombre d’abandons et de demandes d’euthanasies monter en flèche depuis l’épidémie : il faut le dire c’est un acte de maltraitance et non de prudence… (et je m’arrête là, préférant me censurer sur ce que je pense de pareils humains).

Inutile aussi de mettre un masque à votre animal (cela ne protégera ni vous, ni lui) ou d’aller dévaliser le stock de croquettes de votre vétérinaire (il n’y a pas pénurie de croquettes et les vétérinaires font partie des établissements ouverts au stade 3 de l’épidémie).

Alors, profitons de ce temps à la maison pour prendre du temps avec nos animaux, avec nous-mêmes et n’oubliez pas, si vous n’êtes pas malade et que votre foyer est sain… vous avez des jours et des heures de bisous devant vous (toujours positiver les situations contraignantes).


Pendant l’épidémie les bilans en comportement à domicile sont momentanément stoppés, en revanche les consultations à distance via la vidéo (Skype, Messenger, etc.) continuent !

Profitez donc de cette période à la maison pour vous occuper du bien-être de votre chat, et consulter un comportementaliste pour résoudre les problématiques de comportements auxquelles vous et votre chat êtes confrontés dans l’année.


Contactez-moi



Si vous avez aimé cet article merci de le partager et le diffuser largement sur les réseaux sociaux afin d’aider les personnes concernées qui cherchent une information sur le sujet.

Vous pouvez aussi liker et commenter l’article, je me ferais un plaisir d’en discuter avec vous !


À très bientôt.


Hugues Martinat

Comportementaliste spécialiste du chat

www.equilicat.com

www.comportementaliste-specialiste-du-chat.com



*ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

**OMS : Organisation Mondiale de la santé

***DDPP : Direction Départementale de la Protection des Populations.