top of page

Euthanasie et mort de mon chat, que faire ?


Euthanasie et mort de mon chat, que faire ? par Equilicat - Comportementaliste Chat

SOMMAIRE

La fin de vie et l’euthanasie du chat lorsqu’elle est nécessaire pour mettre fin à ses souffrances et lui permettre de partir en toute dignité sont des moments forts émotionnellement pour tout le monde, qu’il s’agisse du chat, de son ou ses humains, mais aussi du personnel médical, vétérinaire et assistant(e)s vétérinaires.

Que la mort soit accidentelle, prévisible ou planifiée (dans le cas d’une longue maladie par exemple), elle génère les mêmes souffrances psychologiques même si la mort accidentelle et subite est souvent plus violente que celle qui suit un processus de déclin, car elle est soudaine et l’on peut encore moins s’y préparer.


Comment éviter ou retarder l'euthanasie

Avant de parler concrètement de l’euthanasie, il est bon de rappeler que le chat souffre d’un retard dans la prise en charge médical. En effet s’ils représentent 65% de la population féline/canine, il ne représente que 51% des consultations vétérinaires. Si l’on compare avec le chien, seulement 58% des chats sont vaccinés contre 84% chez le chien et encore plus étranges, seuls 39% des chats profitent d’un bilan vétérinaire annuel alors que ce chiffre est de 63% pour le chien. Cela s’aggrave lorsque l’on constate que plus le chat est âgé moins leurs humains visitent leur vétérinaire (plus de 21% des propriétaires de chats de plus de 9 ans déclarent l’emmener moins souvent qu’auparavant et seulement 48% avaient emmené leur chat chez le vétérinaire l’année précédente).

Ces chiffres montrent donc un retard important dans la médicalisation de notre petit félin à quatre pattes alors même que les recommandations d’Icatcare conseillent à partir d’un certain âge une à deux consultations annuelles pour nos félins.

Les raisons les plus courantes évoquées par les humains de chat sont principalement le stress que cela procure à l’animal (et donc à eux-mêmes par ricochet) ou parce qu’il pense que la visite vétérinaire n’est nécessaire que pour une vaccination ou si le chat est malade. Le coût est un facteur non négligeable aussi selon les personnes interrogées.


La conséquence malheureuse de ces constats est que le chat âgé est souvent sous-diagnostiqué et que les pathologies dont il pourrait être atteint sont diagnostiquées trop tard ce qui a pour conséquence de laisser le chat dans une souffrance non détectée ou pire que l’avancement de la maladie rende impossible une prise en charge réussie. Le résultat peut alors être sans appel et ce retard dans le diagnostic de votre chat pourrait bien l’amener à l’euthanasie que nous souhaitons tous éviter. Alors, même si ce n’est pas me moment le plus agréable pour vous ou votre chat, ne différez pas les visites régulières chez votre vétérinaire et n’attendez pas qu’il aille mal pour consulter, vous lui sauverez certainement la vie et lui éviterez des souffrances inutiles.


En tant que propriétaire d'un animal de compagnie, vous pouvez également souscrire une assurance santé pour animaux pour que les divers soins vous soient remboursés. Les assurances pour chiens et chats couvrent les frais vétérinaires en cas de maladie, de soins vétérinaires, d'intervention chirurgicale ou d'hospitalisation. Les frais chirurgicaux peuvent rapidement devenir très élevés, mais avec une assurance chien chat, les propriétaires d'animaux bénéficient d’un remboursement des frais. Certaines assurances remboursent même en partie le toilettage.

Les assurances pour animaux de compagnie peuvent également couvrir la responsabilité civile, le toilettage, les vaccins et les antiparasitaires. Vous pouvez utiliser un comparateur d'assurance pour animaux est un outil utile pour trouver l'assurance la plus adaptée à votre animal (chiens et chats, mais aussi furets et rongeurs) et à votre budget.


Si le vétérinaire ainsi que le comportementaliste peuvent vous aider, il se peut aussi malheureusement qu’il ne puisse soulager la souffrance de votre chat et qu’un constat désagréable et triste s’impose sur la manière de l’accompagner dans sa fin de vie.


Quand et selon quoi prendre la décision de l’euthanasie ?

La décision d'euthanasier un animal de compagnie est souvent l'une des plus difficiles que les propriétaires d'animaux aient à prendre. Cette décision est souvent basée sur des facteurs tels que la qualité de vie de l'animal, la souffrance qu'il endure, et les possibilités de traitement et de guérison. Il est cependant difficile de savoir quand est le « bon » moment pour le faire, car nous sommes émotionnellement bouleversés. Pour aider à la prise de décision, les vétérinaires peuvent fournir des informations et des conseils pour aider le propriétaire à prendre une décision éclairée.

Le Dr Jean Cuvelier, vétérinaire comportementaliste, a développé un ensemble de critères pour aider les propriétaires à décider s'il est temps d'envisager l'euthanasie de leur animal de compagnie. Ces critères sont basés sur l'évaluation de la qualité de vie de l'animal. Ils comprennent les éléments suivants :

  • La douleur : Si l'animal souffre et que la douleur ne peut pas être soulagée efficacement, cela peut être un critère pour envisager l'euthanasie.

  • La mobilité : Si l'animal est incapable de se déplacer de manière autonome, ou s'il a des difficultés à se lever, à se déplacer, ou à effectuer des activités quotidiennes, cela peut être un critère pour envisager l'euthanasie.

  • La capacité à manger et à boire : Si l'animal a des difficultés à manger ou à boire, ou s'il ne peut pas manger ou boire sans aide, cela peut être un critère pour envisager l'euthanasie.

  • La continence : Si l'animal est incontinent et ne peut plus contrôler ses fonctions corporelles, cela peut être un critère pour envisager l'euthanasie (ce critère doit être cumulé avec d'autres).

  • La qualité de vie en général : Si l'animal ne profite plus de la vie, ou s'il est incapable d'interagir avec son environnement de manière significative (dysfonctionnement congnitif), cela peut être un critère pour envisager l'euthanasie.

Le Dr Cuvelier souligne que ces critères ne doivent pas être pris isolément, mais doivent être évalués dans le contexte global de la vie de l'animal. Il recommande également que les propriétaires discutent de la décision d'euthanasier leur animal avec leur vétérinaire, qui peut fournir des conseils et des orientations supplémentaires.

Ainsi, la décision d'euthanasier un animal de compagnie est personnelle et difficile, mais il est important de prendre en compte la qualité de vie de l'animal et de considérer ce qui est le mieux pour lui.


Comment se passe une euthanasie !

L'euthanasie est une procédure délicate et émotionnellement difficile pour les propriétaires d'animaux de compagnie. Cependant, elle est souvent considérée comme une option nécessaire pour soulager la souffrance de l'animal lorsque les autres options de traitement ne sont plus efficaces. Il existe plusieurs procédures d'euthanasie qui peuvent être utilisées par les vétérinaires pour aider les animaux à partir paisiblement, mais celle pratiquée le plus couramment sur nos animaux domestiques est l'injection intraveineuse de barbituriques. Le vétérinaire injecte une dose létale de barbituriques dans une veine du membre antérieur de l'animal, qui entraîne rapidement la mort de l'animal. Cette méthode est indolore et très efficace.

Je ne détaillerai pas ici les autres méthodes (injection intracardiaque, chambre à gaz, électrique, ces deux dernières méthodes étant tristement réservées aux animaux de rente). Il est important de noter que l'euthanasie ne doit être pratiquée que par un vétérinaire qualifié et expérimenté, et qu'elle doit être effectuée de manière éthique et humaine. Le vétérinaire peut également aider les propriétaires à planifier les derniers moments de leur animal et à prendre des dispositions pour leur corps après la mort.


Doit-on être présent pour son dernier départ ?

La plupart des gens choisissent d'être là pour leur animal de compagnie, mais c'est une décision personnelle. Si vous choisissez d'être présent, vous pouvez vous sentir plus à l'aise pour pleurer et faire vos adieux à votre chat. Par ailleurs, dans un moment qui est difficile pour lui, vous êtes un repère possiblement rassurant. Pour finir, ne vaut-il pas que l’on surpasse notre douleur pour le serrer dans nos bras jusqu’au bout ?

Si vous décidez de ne pas être présent, pour des raisons qui vous sont propres, demandez à un(e) ami(e) ou à un membre de votre famille que le chat apprécie de rester avec votre animal de compagnie pour le rassurer.


Où procéder à l’euthanasie ?

L’euthanasie peut bien entendu être pratiquée en clinique, mais de plus en plus de vétérinaires se déplacent à domicile. Renseignez-vous au préalable auprès de votre vétérinaire. Il y a des avantages et inconvénients aux deux.

Chez soi le confort et la familiarité de l’environnement sont moins stressants pour le chat et pour les humains, et l'euthanasie à domicile permet aux propriétaires de dire au revoir à leur animal de compagnie dans un cadre intime et privé.

La clinique ne permet en effet pas ce confort, en revanche tout le matériel et personnel médical est mobilisé pour que tout se passe bien et ait ce qu’il faut pour intervenir si quelque chose devait ne pas se passer comme prévu.

Aussi l’euthanasie à domicile doit se planifier et dans le cas où il y a une urgence, il peut être difficile de trouver rapidement un vétérinaire disponible pour la réaliser. Une autre chose doit être prise en compte : le lieu, la pièce où se passera l'euthanasie chez vous restera probablement à jamais marquée par ce moment, comment pensez-vous gérer cela ?


Finallement, la décision de pratiquer une euthanasie à domicile ou en clinique vétérinaire dépend des préférences et des besoins individuels des propriétaires d'animaux de compagnie. Il est important de prendre le temps de réfléchir à ce qui est le mieux pour l'animal et pour soi-même, et de discuter de toutes les options avec son vétérinaire.


Les différentes options concernant le devenir du corps de votre chat après son décès.

Lorsqu'un animal de compagnie décède, il peut être difficile de savoir quoi faire de son corps. Voici un aperçu des différentes options qui se présentent pour le devenir du corps de votre animal, il est important de ne pas juger les choix de chacun :

  • L'inhumation : L'inhumation consiste à enterrer le corps de votre animal de compagnie dans un endroit approprié, comme un cimetière pour animaux. De nombreux cimetières pour animaux offrent des services funéraires complets, comme la préparation du corps, le cercueil, la pierre tombale, etc.

  • La crémation : La crémation est une option populaire pour le devenir du corps d'un animal de compagnie. Elle consiste à brûler le corps de l'animal dans un four crématoire. Les cendres peuvent être conservées dans une urne ou dispersées selon les souhaits du propriétaire. Certaines entreprises proposent des services de crémation individuelle, garantissant que les cendres récupérées proviennent exclusivement de votre animal de compagnie.

  • La taxidermie : La taxidermie est une option moins courante, qui consiste à préparer le corps de votre animal de compagnie pour l'exposer (ou non). Cette option est souvent coûteuse et peut prendre plusieurs mois et est socialement moins admise (mais si cela permet à la personne de surmonter son chagrin et de mieux vivre la suite sans son animal, cela ne devrait pas être tabou).

  • L'inhumation dans votre propriété : Dans certains endroits, il est possible d'enterrer le corps de votre animal de compagnie dans votre propriété. Cependant, il est important de vérifier les lois locales et de s'assurer que cela est légal et sûr.

  • La donation à la recherche : Dans certains cas, les propriétaires d'animaux de compagnie peuvent choisir de donner le corps de leur animal à la recherche scientifique. Cela peut aider à faire avancer la recherche sur les maladies animales et les traitements médicaux.

Il est important de considérer les différentes options disponibles et de choisir celle qui convient le mieux à vous et à votre animal de compagnie. Certaines options peuvent être plus coûteuses que d'autres, et chaque option a ses propres avantages et inconvénients. Il est également important de prendre en compte les aspects émotionnels et spirituels de la décision. Parlez avec votre vétérinaire et d'autres professionnels pour vous aider à prendre une décision éclairée.


Les conséquences psychologiques possibles lors de la perte d'un animal ?

La perte d'un animal de compagnie peut avoir des conséquences psychologiques importantes pour les personnes qui ont partagé une relation étroite avec leur animal de compagnie. Voici quelques-unes des conséquences psychologiques courantes de la perte d'un animal :

  • Le chagrin : La tristesse est souvent la première émotion que l'on ressent lors de son chat. Les propriétaires peuvent ressentir un vide dans leur vie, un sentiment de perte et de solitude.

  • Le stress / l’anxiété : La perte d'un animal peut entraîner une augmentation du stress : les humains peuvent se sentir débordés et submergés par les tâches quotidiennes, les obligations et les responsabilités, sans le soutien et le réconfort de leur chat (ou de leur chien bien sûr). Ils peuvent aussi se sentir « abandonnés ».

  • La culpabilité : il arrive très souvent qu’on se sente coupable de ne pas avoir fait plus pour aider leur animal de compagnie, ou de ne pas avoir passé plus de temps avec lui avant sa mort.

  • Le sentiment de vide : La perte d'un animal peut laisser un vide émotionnel dans la vie d'une personne, la laissant seule, sans but et sans direction.

  • La colère : Les propriétaires peuvent ressentir de la colère face à la perte de leur animal de compagnie. Ils peuvent être en colère contre eux-mêmes, contre leur animal de compagnie ou contre les circonstances de la mort de leur animal.

  • La difficulté à dormir : La perte d'un animal peut entraîner des difficultés à dormir et perturber le sommeil. Nombreux sont celles et ceux qui font des cauchemars ou ont des insomnies ou des réveils plus fréquents dans la nuit après la perte de leur chat.

  • La difficulté à manger : La perte d'un animal peut également entraîner une perte d'appétit.

  • La difficulté à se concentrer : Les propriétaires peuvent avoir du mal à travailler, à étudier, à se concentrer sur les tâches quotidiennes ou à accomplir d'autres activités quotidiennes.

  • La dépression : La perte d'un animal peut entraîner une dépression et toutes les conséquences psychologiques décrites précédemment participent du diagnostic éventuel que posera un médecin si vous le consultez pour vous faire aider.

Il est important de reconnaître que la perte d'un animal de compagnie peut avoir des conséquences psychologiques importantes et qu'il est normal et souhaitable de chercher de l'aide si vous ressentez des symptômes de détresse psychologique. Il existe des groupes de soutien pour les propriétaires d'animaux de compagnie en deuil, des thérapeutes spécialisés dans le deuil des animaux de compagnie et des ressources en ligne pour aider les propriétaires à faire face à la perte de leur animal de compagnie.


Comment faire le deuil de son chat ?

Le deuil et la perte d'un chat peuvent être l'un des moments les plus difficiles dans la vie d'un être humain. Que votre animal de compagnie soit un chien, un chat, un oiseau ou un poisson, il est tout aussi important pour vous que n'importe quel membre de votre famille. La perte de votre animal de compagnie peut causer une douleur profonde, une tristesse et une solitude, et le deuil qui en découle peut être très difficile à surmonter.


Les 5 étapes du deuil

Même si tout le monde peut réagir différemment, il existe généralement cinq étapes du deuil que la plupart des gens traversent lorsqu'ils perdent un être cher : le déni, la colère, la négociation, la dépression et l'acceptation (selon Kubler et Roos). Bien que ces étapes puissent sembler linéaires, la réalité est que tout le monde ne les traverse pas dans cet ordre spécifique, et certaines personnes peuvent passer plus de temps dans une étape que dans une autre.

  • La première étape du deuil est le déni. C'est lorsque vous ne pouvez pas croire que votre animal de compagnie est parti. Vous pouvez penser que votre animal va revenir, ou que c'est juste une erreur et qu'il reviendra bientôt. C'est une étape normale et naturelle du deuil, mais il est important de réaliser que votre animal ne reviendra pas et qu'il est temps de commencer à faire face à la réalité. Cette étape peut se manifester par des sentiments d'incrédulité, de confusion ou de choc.

  • La deuxième étape est la colère. Cette étape peut être dirigée contre vous-même, contre les autres, contre les circonstances ou même contre votre animal de compagnie. Vous pouvez vous demander pourquoi votre animal est parti, pourquoi cela vous arrive à vous, ou vous pouvez vous sentir en colère contre votre animal pour vous avoir laissé. Cette étape est également normale, mais il est important de ne pas laisser votre colère contrôler vos actions. Cette étape peut se manifester par des sentiments de colère, de ressentiment, de culpabilité ou de honte.

  • La troisième étape est la négociation. C'est lorsque vous essayez de négocier avec vous-même ou avec une force supérieure pour ramener votre animal de compagnie. Vous pouvez penser que si vous aviez fait quelque chose différemment, votre animal serait encore en vie. Cette étape peut être difficile à surmonter, car il n'y a rien que vous puissiez faire pour ramener votre animal de compagnie. Cette étape peut se manifester par des sentiments de culpabilité, de dépression, d'anxiété ou de tristesse.

  • La quatrième étape est la dépression. C'est une étape très difficile et peut être la plus longue de toutes les étapes du deuil. Vous pouvez vous sentir triste, seul, déprimé et même physiquement malade. Cette étape peut être très difficile à surmonter, mais il est important de se rappeler que c'est une étape normale du deuil et qu'elle finira par passer. Cette étape peut se manifester par des sentiments d'apathie, de désespoir ou de détresse.

  • La dernière étape est l'acceptation. C'est lorsque vous commencez à accepter la perte de votre animal de compagnie et à apprendre à vivre sans lui. Vous pouvez toujours ressentir de la tristesse, mais vous commencez à vous sentir plus à l'aise avec l'idée que votre animal de compagnie n'est plus là. Cette étape peut se manifester par des sentiments de paix, de sérénité ou de résolution.


Le deuil est un processus individuel

Il est important de noter que tout le monde ne traversera pas toutes les étapes de la même manière ni dans le même ordre. Certaines personnes peuvent sauter certaines étapes, tandis que d'autres peuvent passer plus de temps dans une étape particulière. Il est également important de reconnaître que le processus de deuil est différent pour chacun et qu'il n'y a pas de délai défini pour passer à travers toutes les étapes. Le soutien et les ressources appropriés peuvent aider les personnes à traverser le processus de deuil de manière saine et productive.

Il faut aussi préciser que chacun vit la fin de vie de son chat et le deuil qui suit de manière différente et individuelle et qu’il est primordial de ne pas juger la manière dont chacun la vit.

La mort ramène à la notion du temps qui passe, à la fin d’une partie de leur vie voire à sa propre finitude ce qui peut être très angoissant pour certaines personnes. L’animal est aussi rattaché à de multiples évènements de nos vies, naissances, divorce, une personne ou des êtres chers présents ou disparus et son absence nous renvoie parfois dans le passé (avoir adopté un chat avec quelqu’un qui n’est plus dans votre vie aujourd’hui…).


D’autres vont avoir besoin de temps, par exemple la demande de passer une dernière soirée ou un dernier we avec son chat, il sera alors judicieux d’aborder le sujet des soins palliatifs avec son vétérinaire pour éviter toute souffrance inutile à l’animal. D’aucuns vont préférer prendre la décision rapidement, souvent motivés par le degré de souffrance ressenti par le chat.

Une petite partie des gens ne veulent pas savoir comment se déroule le processus de l’euthanasie, ces informations s’ajoutant à leur peine, d’autres au contraire vont avoir besoin d’en connaître les moindres détails, non par morbidité, mais pour s’assurer qu’à chaque étape ils ont pu s’assurer que c’était ce qu’il y avait de mieux pour leur animal.

Enfin, certains refusent même de voir le corps physique inerte de l’animal, tout dépend du bagage émotionnel et de l’expérience de chacun face à la mort, car parfois la mort de son chat peut être le premier contact avec la mort…


Pour résumer, l'euthanasie et la fin de vie du chat sont des sujets délicats qui suscitent des débats émotionnels et éthiques. Prendre une décision sur l'euthanasie d'un chat en fin de vie est une responsabilité difficile pour tout propriétaire d'animal de compagnie. Il est important de respecter le bien-être et la qualité de vie du chat, ainsi que les souhaits et les valeurs du propriétaire.

L'euthanasie peut être une option humaine et compatissante pour soulager la souffrance d'un chat atteint d'une maladie grave, incurable ou en phase terminale, lorsque tous les autres moyens de traitement ont été épuisés et que la qualité de vie du chat est fortement compromise. Cependant, il est essentiel de consulter un vétérinaire qualifié pour évaluer la situation de manière approfondie et prendre une décision éclairée en tenant compte de l'état de santé du chat, de son bien-être et des valeurs du propriétaire.

Il est également important de considérer les soins palliatifs et les soins de fin de vie pour les chats en phase terminale, afin de leur offrir le confort et le soutien nécessaires pendant cette période difficile. Les propriétaires peuvent envisager des options telles que la gestion de la douleur, l'aménagement d'un environnement confortable à la maison et l'accompagnement affectueux pour aider leur chat à traverser cette étape de la vie de manière digne et aimante.


L'euthanasie et la fin de vie du chat sont des sujets complexes et émotionnels qui nécessitent une approche réfléchie, respectueuse et bien informée. Le bien-être du chat doit toujours être au cœur de toute décision prise, avec un accompagnement professionnel et un soutien affectueux pour garantir une fin de vie digne et aimante pour nos amis félins bien-aimés


Si vous avez aimé cet article merci de le partager et le diffuser largement sur les réseaux sociaux afin d’aider les personnes concernées qui cherchent une information sur le sujet.

Vous pouvez aussi liker et en commenter l’article, je me ferais un plaisir d’en discuter avec vous !


À très bientôt.


Hugues Martinat - Equilicat - Comportementaliste Chat

Si vous rencontrez des problèmes de comportement avec votre chat, n'hésitez pas à me contacter ou à consulter mon site internet.


Tel : 0763060599

Site internet : www.equilicat.com


3 261 vues0 commentaire

Comments


bottom of page