top of page

10 conseils pour un chat heureux en intérieur.


10 conseils pour un chat heureux en intérieur. Equilicat COMPORTEMENTALISTE CHAT

SOMMAIRE


Partager sa vie et son environnement avec un chat est une grande source de bonheur mais le rendre heureux implique de connaitre ses besoins fondamentaux et de savoir comment faciliter l'expression de ses comportements naturels en intérieur, surtout lorsqu'il s'agit d'un chat d'appartement.

Voici 10 conseils qui feront de vous le parfait gardien félin et vous permettront comprendre le comportement des chats afin de ronronner à l'unisson !


Conseil 1 - Un comportement alimentaire conforme à la nature du chat.

Le chat est un carnivore strict. C’est un « mangeur-grignoteur » qui consomme en moyenne 15 à 22 petits repas par 24h ce qui veut dire qu’il doit avoir une alimentation à disposition, en libre-service tout au long de la journée. Pour autant, libre-service ne signifie pas « à volonté » et les dosages seront préconisés par votre vétérinaire qui connait ses besoins en nutrition. L’erreur la plus courante est le rationnement du chat, le fait de ne le servir qu’une fois le matin et une fois le soir n’est pas approprié en termes de régime alimentaire du chat. Par ailleurs, le rationnement empêche le chat de s’autoréguler et peut augmenter l’obsession sur la ressource nourriture : plus une ressource est rare, plus elle a de la valeur et cela risque de pousser votre chat à consommer plus vite sa ration et donc à prendre du poids ou encore à vomir ses croquettes à peine ingérées.

Dans la nature le chat est un chasseur et 60% de son temps d’activité est consacré à satisfaire son comportement alimentaire. Cette activité de chasse prend donc du temps et consomme beaucoup d’énergie (physique et cognitive), ce qui sous-entend que pour manger, le chat doit fournir un effort (tel que dans la nature) ce qui permettra ainsi d’éviter une prise de poids qui induirait, avec le temps, nombre de pathologies.


Les gamelles ludiques pour les croquettes

Afin de concilier alimentation en libre-service et investissement physique et cognitif, il est donc important de lui distribuer sa nourriture dans des gamelles ludiques plutôt que dans une gamelle traditionnelle. Ces bols et gamelles ludiques permettent au chat de retarder l’ingestion de sa ration et donc de lui apporter la satiété plus vite (anti-glouton, anti-vomissement). Par ailleurs, ces dispositifs demandent un effort physique (locomotion, mouvements de patte) et cognitif (réfléchir à comment obtenir sa ration) qui consomme de l’énergie tout comme une activité de chasse.

Il existe divers modèles de gamelles ludiques et l’on veillera à en proposer plusieurs à son chat, ceux-ci ayant des préférences diverses pour les systèmes existants. On en trouve de plus en plus dans en animalerie (que je ne recommande pas puisqu'elle vendent des animaux dans des conditions souvent éthiquement contestables) ou dans les magasins pour chat et chien en physique ou sur internet, généralement dans les rayons accessoires pour chat ou près du rayon nourriture pour chat.

Pour les chats ayant une alimentation spécifique (alimentation médicale ou lorsqu’il y a plusieurs chats d’âge différent dans le même foyer), il existe aussi des gamelles à reconnaissance de puce électronique qui peuvent venir complémenter les systèmes précédemment cités.


Les tapis d'occupation pour la nourriture humide, la pâtée, la ration ménagère ou le BARF (Biologically Appropriate Raw Food) :

Tout comme les systèmes anti-gloutons qui existent pour les croquettes, des tapis de léchages peuvent être proposés afin que le chat n’engloutisse pas sa ration d’humide par gourmandise. Il s’agit de dispositif antidérapant en forme de tapis, le plus souvent en silicone de qualité alimentaire, c’est-à-dire non toxique, et garanties sans BPA (Bisphénol A), sur lesquels il y a du relief : le but est de graisser la pâtée sur ce tapis, le chat ne peut donc plus gober celle-ci, mais doit avec sa langue, lécher sa ration. Ceci a pour effet de retarder son ingestion et d’apporter la satiété, mais aussi d’éviter les régurgitations consécutives à une ingestion trop rapide.


Conseil 2 - S'assurer que son chat s'hydrate et boit bien.

Le chat est un animal qui boit peu et qui ne boit que ce dont il a besoin, par conséquent, l’équilibre de sa « balance hydrique » est fragile et il peut facilement être sujet à la déshydratation. Même si le chat a un système urinaire performant, il reste fragile du point de vue urinaire et rénal c’est pourquoi il est nécessaire de s’assurer qu’il s’hydrate régulièrement.

Pour répondre à ses besoins quotidiens en eau, il est important de lui proposer une part d’humide dans sa ration quotidienne (les pâtées contiennent en général environ 80% d’eau). On peut aussi augmenter sa consommation d’eau en lui fournissant une fontaine à eau. Celle-ci lui permet de mieux voir et localiser l’eau, alors que dans un bol l’eau est statique et sa fraîcheur se dégrade au fur et à mesure des heures. Bien sûr, cela ne doit pas vous empêcher de lui proposer de l’eau dans des petites coupelles réparties dans l’environnement, dont on veillera à renouveler le contenu plusieurs fois par jour. Les bols ou coupelles doivent également être nettoyés tous les deux jours au maximum. Pour connaitre le secret d'une fontaine silencieuse et hygiénique, lisez l'article ci-dessous.


Conseil 3 - Un environnement litière adapté aux besoins du chat.

Les règles qui constituent un bon environnement litière sont nombreuses et propres à chaque chat cependant si l’on souhaite éviter les éliminations hors litières, souvent appelés à tort "malpropreté", on doit observer certaines règles (lorsqu’il ne s’agit pas d’un problème médical que l’on se devra d’exclure avec des examens auprès du vétérinaire ou pour marquer son "territoire" même si ce concept est aujourd'hui remis en question) :


Quel bac à litière pour mon chat ?

Le bon nombre de bacs à litière

Le bon nombre de bac est "1 de plus que le nombre de chats" (1 chat =2 bacs, 2 chats =3 bacs, etc.), certains chats n’aimant pas faire là où il y a déjà des déjections, d’autres lorsqu’ils vivent à plusieurs, n’aimant pas faire là ou l’autre chat à fait. On veillera aussi à mettre au moins un bac par niveau si votre habitat possède plusieurs niveaux.

Le type de bac et l'emplacement du bac à litière

Le chat est une proie et même s’il n’y a pas de prédateur chez vous cette information est transmise génétiquement dans l’espèce, par conséquent le chat se sent instinctivement plus vulnérable lorsqu’il est au sol et en train de faire ses besoins. Pour cette raison, il est préférable de bien choisir son bac à litière et généralement de mettre des bacs non couverts, dans des lieux où le chat peut voir venir et fuir. En effet, nombre de problématiques d’éliminations hors litières sont le fait de bacs couverts, ceci étant accentué par les portes qui créent de véritables aversions pour l’entrée ou la sortir du bac.


Quel substrat de litière choisir ?

Chaque chat à ses préférences, le choix du substrat de litière est donc déterminant et il existe diverses matières comme les litièrers végétales ou les litières minérales. Ce qui est important c’est la « technologie » du substrat : une litière agglomérante ou non agglomérante. Les substrats agglomérants (c’est-à-dire qui forment des boules solides au contact de l’urine) sont à privilégier, ceci facilitant votre process de nettoyage et donc l’état de propreté du bac.

Vous veillerez aussi à mettre au minimum 12 cm d’épaisseur de substrat, d’une part parce que votre chat n’aime pas gratter le fond de la caisse, d’autre part parce que lors du nettoyage du bac cela sera plus facile d’enlever l’agglomérat sans qu’il ne se casse et souille le reste de la litière ou ne colle au fond du bac.

Pour finir, il est très important de ne pas utiliser de substrats parfumés et de choisir un substrat olfactivement neutre afin de ne pas perturber l’environnement olfactif et chimique de son lieu d’élimination.


Comment et quand nettoyer la litière ?

Le process de nettoyage de la litière est un point de vigilance important aussi. Les selles et les urines doivent être retirées quotidiennement, une fois par jour et ce sera d’autant plus facile et rapide si vous utilisez un substrat agglomérant.

Pour les mêmes raisons de neutralité olfactive citées précédemment, il est important de nettoyer son bac avec des produits neutres (ph et odeur). La javel couramment utilisée devra donc être bannie (si le chat est attiré par la javel c’est parce qu’elle contient de l’ammoniac tout comme l’urine, mais des études scientifiques récentes sur les rongeurs montrent que cela perturbe et abîme les neurones olfactifs, il peut donc en être de même pour le chat). Nettoyez votre bac avec de l'eau chaude et du bicarbonate, rincez abondamment puis séchez votre bac.

Avant de nettoyer votre bac à litière, gardez toujours une partie du précédent substrat (non souillé) afin de le remettre dedans une fois le bac sec, puis complétez avec du nouveau substrat à hauteur des 12 cm préconisés précédemment. Le but de cette opération étant de garder un environnement olfactif et chimique stable et propre à votre chat.


Conseil 4 - L'importance du jeu pour nos félins domestiques.

Le jeu est à la base du développement comportemental de nos amis les chats, c’est notamment par le jeu qu’il acquiert les compétences qui lui serviront à chasser et subvenir à ses besoins lorsque le sevrage alimentaire sera complet (à environ 8 semaines, et qui est à différencier du sevrage comportemental qui intervient à l’âge de 12 à 14 semaines). Il apprend donc tout d’abord à jouer avec sa mère et sa fratrie puis il parfait cette éducation et sa motricité fine avec des jeux d’objets. Le chat aime donc jouer tout au long de sa vie même si, selon son âge, l’énergie qu’il y investit peut varier. On pensera donc, tant pour son bien-être physique que pour son bien-être psychologique, à lui procurer quotidiennement des activités et de la stimulation par le jeu. En toutes circonstances, on s’assurera de ne jamais jouer avec les mains, le corps devant être réservé aux interactions douces (les câlins !) au risque que votre chat vous attaque mains, avant-bras ou chevilles (comportement que les gens qualifient à tort d'agressivité).


Pourquoi jouer avec son chat ?

Le jeu avec l’humain est déterminant pour son plaisir et sa dépense physique, il est important de réserver chaque jour un moment pour jouer avec son chat. Les meilleurs jeux sont les jeux de cannes à pêche, les jeux de plumeau ainsi que les poursuites de balles ou d’objets lancés.

Le temps de jeu peut varier selon les besoins propres à chaque chat, certains se contentent d’une seule partie de jeu alors que d’autres réclament 3 ou 4 sessions dans la journée.

Il est fortement déconseillé de jouer avec les lasers qui ne permettent pas à votre chat d’attraper la « proie » et qui risquent de le laisser dans un état d’excitation qui peut le faire vous attaquer pour terminer sa séquence de jeu qui est en de nombreux points proche d’une séquence de prédation.


Pourquoi proposer des jeux à son chat ?

Les jeux aux sols ne remplacent pas les jeux avec les humains cependant ils peuvent être un moyen ludique d’occuper votre chat. En revanche, le chat se lasse vite et il est conseillé de faire tourner les jeux au sol régulièrement afin d’en renouveler l’intérêt. Certains jeux ou accessoires pour chat stimulent aussi les perceptions sensorielles de vos chats qui peuvent préférer certaines matières, certaines formes ou couleurs ou encore des jouets contenant des odeurs comme l’herbe au chat ou la menthe.


Conseil 5 - Aménager l'environnement pour permettre l'expression des comportements naturels de nos chats.

Pourquoi ajouter de la hauteur dans l'environnement de mon chat ?

Le chat est un animal qui apprécie la hauteur, dans la nature cela lui permet de voir ses proies pour les chasser, mais aussi de voir venir ses prédateurs afin de pouvoir anticiper la fuite plutôt que de se battre et de risquer une blessure qui pourrait le condamner.

La hauteur lui permet donc une prévisibilité et une contrôlabilité de son environnement réduisant ainsi les situations de stress et lui offrant la possibilité de s’extraire des situations qu’il estime anxiogènes.

Votre intérieur doit donc prendre en compte cet aspect en proposant à votre chat des hauteurs comme des arbres à chat (qui prendront de la valeur s’ils sont situés face à des fenêtres ou points de vue sur l’extérieur). Vous pouvez également utiliser les meubles de votre maison ou appartement et positionner des étagères où le chat peut circuler en hauteur et aller se réfugier à la cime des meubles présents dans l’environnement (une bibliothèque par exemple). On appelle cela la "catification" ou l'art de l'aménagement intérieur pour un chat.


Pourquoi procurer des griffoirs à mon chat ?

La communication du chat est multimodale c’est-à-dire qu’il utilise plusieurs canaux pour communiquer : la communication auditive avec les vocalisations, la communication visuelle avec les postures corporelles et les marquages, une communication tactile et de loin la plus importante, une communication olfactive et chimique. Cette communication olfactive, chimique et visuelle s’exprime notamment à travers le comportement de griffade et de frottement ce qui conditionne ainsi l’aménagement de son environnement afin qu’il puisse exprimer ce comportement normal, mais qui pourrait devenir gênant s’il s’exprime sur votre mobilier.

En effet lorsque votre chat fait ses griffes c'est avant tout une communication visuelle (les lacérations faites sur le substrat) et une communication chimique (et olfactive) avec le dépôt de molécules sémio-chimiques via des glandes sudoripares ou sébacées localisées sur ses coussinets, ses joues ou son menton notamment. Le chat doit donc pouvoir griffer des supports appropriés, ainsi il est important que son environnement contienne des griffoirs verticaux et horizontaux qui doivent être placés dans des zones de passages, de repos ou non loin de ses ressources de nourriture. Le griffage est par ailleurs, une manière d’entretenir ses griffes et, pour le griffage vertical plus spécifiquement, un moyen de détendre ses muscles et sa colonne vertébrale (stretching). L'ajout de griffoirs et d'un arbre à chat évite les comportements indésirables comme faire les griffes sur le canapé !

Chaque chat à ses préférences, certains aiment le sisal, d’autres, le carton ou le bois d’Olivier, vous devez donc tester plusieurs matières afin de déterminer ce qui plaît à votre chat.


Pourquoi prévoir des cachettes à mon chat ?

Les cachettes sont un bon moyen pour le chat de se reposer ou de se réfugier s’il y a ponctuellement des éléments ou évènements stressants dans son environnement (bruits, congénères, autres espèces, enfants, etc.). Comme pour les humains, un chat qui dort en toute tranquillité est un chat plus serein et détendu. De même, un chat qui se cache est un chat qui récupère d’un stress ou choisit d’être tranquille : il est donc important de lui permettre de se retrancher dans des lieux qu’il estime sécurisants et calmes pour pouvoir s'apaiser.


Conseil 6 - Entretien et hygiène du chat.

Même si le chat use ses griffes et fait sa toilette avec soin, il convient de veiller à son entretien corporel régulièrement.

On pourra par exemple l’aider à user ses griffes en les émoussant (couper juste le bout de la griffe), il finira de les user en griffant les supports mis à sa disposition. On veillera tout particulièrement à le faire pour les chats âgés, car leurs griffes peuvent pousser vers l’intérieur du coussinet et le blesser, en revanche on évitera de le faire pour un chat qui va à l’extérieur afin de lui laisser ses armes pour faire face à des dangers éventuels (les congénères, des prédateurs, pouvoir fuir et grimper facilement).

De la même manière on le brossera régulièrement afin de le soulager dans sa toilette (moins de poils ingérés lorsqu'il se lèche) et le débarrasser des poils morts ou du sous-poil (aux périodes de mue, printemps et été) qui peuvent provoquer des démangeaisons ou problématiques dermatologiques si la peau ne peut pas respirer correctement.

On apportera, pour certaines races, un soin tout particulier aux yeux et aux oreilles avec un coton doux imbibé d’eau ou d’une solution adéquate en ôtant les impuretés qui pourraient le gêner ou provoquer des problèmes médicaux.


Conseil 7 - Veiller à avoir les bonnes modalités de contact avec mon chat.

Les modalités de contact avec nos petites boules de poils sont souvent négligées alors qu’elles sont la base d’une bonne relation. On ne force jamais un chat à être pris dans les bras ou caressé (surtout s'il n’aime pas les caresses). Par ailleurs certains chats ne sont pas spécialement affectueux et cela vient généralement de la qualité des interactions qu'il a pu avoir lors de sa période sensible (de la 2eme à la 8eme semaine de son existence). D'une manière générale, on privilégiera une approche douce et lente avec son chat et l’on préfèrera approcher doucement la main en le laissant faire le reste du chemin vers votre main. La main fermée, la paume vers le bas est préférable à une main ouverte qui vient caresser de force la tête de minou, elle est moins effrayante et moins contraignante.

Si certains chats apprécient être touchés sur certaines parties du corps (ventre, pattes, etc.) la plupart au contraire n’aiment pas cela, on tentera donc de repérer au plus tôt ses préférences et l’on supprimera les sollicitations des zones qui le font réagir de manière négative/défensive.

Tout animal à ce qu’on appelle une distance de fuite et une distance critique. La distance de fuite est celle que le chat garde s’il ne souhaite pas être approché (il recule d’autant lorsque vous vous approchez), la distance critique c’est la distance au-delà de laquelle le chat met en place une stratégie de défense pour vous faire reculer (une conduite agressive la plupart du temps). Il est donc toujours plus payant de laisser le chat réduire de lui-même sa distance plutôt que l’obliger à être proche en brisant ses distances de sécurité. Récompensez-le d'une friandise lorsqu’il réduit de lui-même ces distances et qu’il s’approche de vous, il y verra très vite un intérêt et aura plus tendance à se rapprocher de vous que de vous fuir ou même demander un câlin.


Conseil 8 - Penser à sécuriser l'environnement de mon chat.

Le chat est être aventureux et curieux, ce qui peut l’amener à se retrouver dans des situations dangereuses qu’il vous faut gérer avant qu’un accident malheureux ne survienne. La maison et l’extérieur regorgent de pièges potentiels pour votre petit félin.


Sécuriser les extérieurs pour éviter la chute du balcon ou de la fenêtre

Même si l’on entend couramment dire qu’un chat « retombe toujours sur ses pattes », il n’y a rien de plus faux que cette sentence. Non, le chat n’a pas l’expérience du vide et les chats hospitalisés ou décédés à la suite d’une chute de la fenêtre ou du balcon sont nombreux. Il vous faut donc sécuriser vos balcons et fenêtres afin de ne pas risquer un accident. De multiples solutions existent, certaines que vous pouvez faire vous-même, d'autres que des professionnels peuvent réaliser pour vous.


Prévenir le risque d’empoisonnement

Tout comme pour les enfants et les chiens, on met sous clés les produits ménagers et les médicaments afin qu’ils ne soient jamais accessibles au chat. À ce sujet, on ne donne JAMAIS de médicament destiné à l’humain à son chat, on consulte le vétérinaire qui est le seul référent compétent en ce qui concerne la santé de votre chat.

Il est aussi important de préciser que de nombreuses plantes ou aliments sont toxiques pour les chats, vous devez donc vous renseigner sur les plantes qui poussent chez vous afin de les éliminer, les rendre inaccessibles et ainsi éviter une éventuelle ingestion qui pourrait provoquer un empoisonnement à votre chat. Pensez aussi, si l’on vous offre des fleurs, à regarder sur internet la possible toxicité de celles-ci.


Cacher et gainer les câbles électriques

Le chat, parfois pour s’occuper lorsque son milieu est peu stimulant ou parfois par simple curiosité, peut grignoter et sectionner les câbles électriques des appareils que nous avons à la maison (hi-fi, câble internet, fils de chargeurs par exemple). Il est très simple de pallier ce problème et ce danger en achetant des gaines dans les magasins de bricolage afin d’y passer vos câbles pour les protéger de votre chat.


Conseil 9 - Faire castrer ou stériliser son chat ou sa chatte.

La stérilisation (chez la femelle) ou castration (chez le mâle), qui peut intervenir dès l’âge moyen de 6 mois (cela dépendra des chats), est obligatoire en France pour de multiples raisons.

  • Tout d’abord le contrôle des naissances : en effet, elle permet de limiter le nombre de portées indésirées et par conséquent le nombre de chats à adopter ou à sauver quelques semaines après la période de reproduction. La plupart des chats nés ainsi sont livrés à eux-mêmes, mal ou pas nourris, écrasés par une voiture ou encore livrés aux prédateurs selon votre environnement.

  • Ensuite, parce que la stérilisation réduit les risques de contracter des maladies infectieuses et sexuellement transmissibles (le « SIDA » du chat) ou des cancers (mammaire chez la chatte, prostate chez le chat par exemple).

La stérilisation a aussi quelques effets sur certains comportements pouvant être gênants pour l’humain, même s'il aime les chats :

  • La stérilisation du chat va tout d’abord prévenir les comportements de marquage urinaire sexuel. Ce marquage urinaire lorsqu’il est sexuel est lié à la production de testostérone et la stérilisation va faire baisser la production de cette hormone, ce qui aura pour effet de réduire le comportement de pulvérisation d’urine (il existe aussi un marquage urinaire, dit réactionnel, révélateur d’une situation de stress et pour lequel la stérilisation n’aura pas d’effet, il sera alors nécessaire de consulter un comportementaliste chat pour comprendre et limiter ce désagrément).

  • La stérilisation, diminuant la taille des domaines vitaux des chats (de 60 à 80% selon les études), diminue le risque de fugues (pour la recherche de partenaires sexuels) ce qui a pour conséquence directe de réduire les confrontations et donc les conflits ou bagarres directement responsables (par morsures et griffures) des infections ou transmissions de virus (Felv-Fiv). Elle joue donc en faveur d’une baisse du taux de mortalité.

  • La stérilisation ou castration va également réduire une partie des vocalisations (miaulement) notamment celles émises lors des périodes de chaleur (qui ne doivent pas être confondus avec certains miaulements intempestifs dont la cause est tout autre).

Attention, il est courant d’observer une baisse de l’activité générale du chat stérilisé, ce qui peut augmenter la prise de poids c’est pourquoi il sera primordial de mettre en place des gamelles ludiques pour lui permettre d’atteindre la satiété plus rapidement et rendre son comportement alimentaire plus stimulant et enrichir le reste de ses activités.


Conseil 10 - Respecter le processus de sevrage du chat domestique.

Nombre de chatons sont hélas adoptés avant l’âge d’un sevrage complet ce qui pose de nombreux problèmes de comportement à l’âge adulte (souvent nommés à tort "troubles du comportement" alors qu'il s'agit plutôt de comportements gênants).

Tout d’abord, il ne faut pas confondre "sevrage alimentaire" et "sevrage comportemental".

Le sevrage alimentaire débute en moyenne à l’âge de 4-5 semaines et est généralement complet à l’âge de 8 semaines. Le sevrage comportemental est en revanche plus tardif et complet à l’âge moyen de 12-14 semaines.

C’est pendant le sevrage comportemental que le chaton va apprendre le répertoire comportemental nécessaire à une bonne communication avec ses congénères, mais c’est surtout grâce au sevrage comportemental qu’il va acquérir (grâce à sa mère et sa fratrie) les autocontrôles ou ajustements des contrôles (inhibition de la morsure, rétractation des griffes, proprioception et ajustement de la motricité) qui feront de lui un chat plus équilibré. Par ailleurs, les études montrent qu’un chaton sevré à l’âge moyen de 12-14 semaines présente moins de comportements gênants à l’âge adulte et une meilleure gestion émotionnelle face à son environnement et les stimuli auxquels il est confronté. Il est donc précieux de connaître les conditions de son début de vie afin de mieux comprendre son chat.

Il est donc recommandé de laisser le plus longtemps possible le chaton avec sa mère et ses congénères ou s’il n’a pas de maman, de pouvoir le confier à une autre chatte qui vient d’avoir une portée afin qu’elle se charge de parfaire son éducation !

Et n'oubliez pas, adopter c'est toujours mieux qu'acheter un chat ;)


Bonus

Que faire en cas de perte de votre chat ?

Première recommandation : faite pucer/identifier votre chat, en plus d’être obligatoire, vous augmentez considérablement les chances de le retrouver lorsqu’il est identifié par un vétérinaire si une personne à la bonne idée de le lui ramener.

Deuxième recommandation : ne nettoyez pas sa litière et placez-la à l’extérieur, les chats ont des compétences olfactives et chimiques qui les aident à localiser leur odeur et donc le chemin de la maison.

Troisième recommandation : si vous partez à sa recherche, préférez les heures tardives où les bruits de l’extérieur sont moins nombreux et lui permettent de mieux entendre votre voix. S’il est désorienté et effrayé, il lui sera plus facile de sortir de sa réserve dans un moment où l’environnement est plus calme.

Quatrième recommandation : les gens qui partent à la recherche de leur chat font une erreur fondamentale : il s’éloigne de leur maison en appelant leur chat. C’est le contraire qu’il faut faire : il faut s’éloigner et commencer à l’appeler en revenant vers son lieu de vie, ainsi vous le rapprocherez de sa maison et non le contraire.

Dernière recommandation : n’hésitez pas à déclarer sa perte avec une photo sur les sites et réseaux sociaux et imprimez des affiches avec sa photo pour les distribuer et les afficher aux alentours de votre lieu de vie. Prévenez aussi les refuges, fourrières et vétérinaires de votre région, cela peut grandement faciliter un dénouement heureux.


Infographie à partager sur les réseaux sociaux


Cliquez sur l'image pour la télécharger

10 conseils pour un chat heureux en intérieur - Equilicat - Comportementaliste chat


Si vous avez aimé cet article merci de le partager et le diffuser largement sur les réseaux sociaux afin d’aider les personnes concernées qui cherchent une information sur le sujet.

Vous pouvez aussi liker et en commenter l’article, je me ferais un plaisir d’en discuter avec vous !


À très bientôt.



Si vous rencontrez des problèmes de comportement avec votre chat, n'hésitez pas à me contacter ou à consulter mon site internet.


Tel : 0763060599

Site internet : www.equilicat.com




5 906 vues

Comments